La Presse, a parlé de « La Costelle »

2008/10/19 : Causerie Max Ingrand (L'Est Républicain)

Causerie sur Max Ingrand
dernière séance aujourd'hui

Le vitrail de Notre-Dame derrière l'autel de l'église.

L'association de sauvegarde du patrimoine de Fraize "La Costelle" a organisé vendredi une causeie sur les vitraux de leur église et sur le grand maître-verrier qui les a réalisés en 1949. Une nouvelle intervention est prévue aujourd'hui à 18h en l'église.

Il y avait un certain temps que les membres de l'association de sauvegarde du patrimoine de Fraize "La Costelle" s'étaient promis d'éclairer les Fraxiniens sur les vitraux de leur église et sur le grand maître-verrier qui les a réalisés en 1949.

François Maubré était assisté de son épouse Geneviève.Son intervention a séduit près de 70 personnes réunies en l'église de Fraize.

Cela est chose faite depuis vendredi soir où soixante-dix personnes environ étaient réunies dans les bancs de l'édifice pour écouter la causerie de François Maubré qui était assisté de son épouse Geneviève pour la partie vidéo. Très tôt, l'assistance a pu constater que le couple n'avait pas ménagé sa peine pour approfondir ses recherches en se plongeant dans des archives et en allant sur les traces de Max Ingrand pour se documenter au maximum et rapporter d'ici et là des images des travaux de cet artiste des temps modernes.

L'association propose un nouvel éclairage sur l'histoire des vitraux aujourd'hui à 18h.

Lumière est ainsi faite sur les vitraux de l'église Saint-Blaise et sur l'histoire de Max Ingrand, mais aussi sur celle de la fabrication d'un vitrail. De plus, les auditeurs, parmi lesquels ont pouvait noter la présence de quelques passionnés, ont eu la chance d'écouter les explications détaillées de Philippe Tisserand, maître-verrier à La Forge, qui avait amené quelques outils.

Pour la petite histoire, il aura fallu attendre longtemps aux Fraxiniens pour voir enfin la réfection des vitraux de l'église endommagés en 1914. Les sept premiers, ceux du chœur, étaient installés pour Pâques, tandis que ceux de la nef ont été posés en octobre...

S'ils peuvent paraître semblables à ceux d'autres églises, trois d'entre eux, situés juste derrière l'autel et représentant de gauche à droite la Nativité, Notre-Dame et la scène de la Pentecôte, sont pourtant de véritables chefs-d'œuvres de ce grand maître-verrier né en 1908 et disparu en 1969 et mériteraient d'être classés monuments historiques.

François Maubré avec Philippe Tisserand, maître-verrier à La Forge.

Bien plus qu'un artisan, Max Ingrand, originaire des Deux-Sèvres, était en effet un véritable artiste à qui l'on doit, en France, le vitrail de l'Europe à la cathédrale de Strasbourg, les fontaines du rond-point des Champs-Elysées à Paris. Max Ingrand, qui avait fait ses études à l’école nationale des arts-déco à Paris et travaillait sans relâche dans son atelier Nancéien, a également œuvré à Rouen, à Beauvais... ainsi qu'à Yvetot en Normandie où il a réalisé le plus grand vitrail d'Europe d'une surface de 1 400 m2. Il est aussi intervenu dans les Vosges, à Bruyères, Gugnécourt et Julienrupt dans des travaux qui n’ont rien à voir avec ceux de l’église de Fraize.

Prochaine et dernière causerie ce dimanche à 18h à l'église, à ne pas manquer. L'entrée est gratuite.


L'Est Républicain, 19 octobre 2008.

© La Costelle. Dernière mise à jour le 12/01/2013 à 08:12 
▲     Retour haut de page     ▲