La Presse, a parlé de « La Costelle »

2008/09/07 : Exposition des Conscrits (La Liberté de l'Est)

Jusqu'au 14 septembre, les conscrits fraxiniens sont invités à effectuer une plongée dans le passé. L'exposition de « La Costelle » mérite d'être vue.

Le thème promet de susciter un véritable enthousiasme auprès de la population qui, nous en sommes certains, ne manquera pas de franchir la porte de la salîe des fêtes de la mairie, tout au long de cette semaine, pour aller visiter l'exposition de l'association de sauvegarde du patrimoine de Fraize « la Costelle ».

Drapeaux, bérets, chapeaux tyroliens, calots et cocardes... étaient commandés au bazar Barthélémy.

Sous l'impulsion de Marie-Christine Jeandel, principale instigatrice, celle-ci présente, en effet, comme promis depuis un an, plus de 150 photos de classes, dont une seule, très ancienne, dont on ne connaît pas la date (peut-être de 1925, année manquante avec celle de 1948). Cette belle coiiection, complétée par de nombreuses personnes ayant prêté des photos et autres objets, permet de découvrir 1 974 visages parmi lesquels 749 dont ies noms restent encore inconnus des organisateurs qui comptent sur les visiteurs pour identifier un parent, un ami...

Cette exposition représentant un siècle de classes, ouverte depuis hier après-midi, est aussi, pour ceux qui ont vécu ces moments inoubliables, le moment de se remémorer des souvenirs devant treize drapeaux. Si le plus ancien, datant de 1921 et mesurant 3 m sur 2 m, est le plus impressionnant de tous avec sa hampe de 4,50 m non démontable (il fallait être sacrement costaud pour le porter), celui de la classe 1966 est incontestablement le plus beau avec la reproduction de l'église et la filature du centre.

L'occasion de souligner que chaque amicale préparait l'événement longtemps à l'avance, Drapeau peint à la main, bérets, chapeaux tyroliens ou calots, selon les époques, cocardes, étaient toujours commandés au bazar Barthélémy, tout comme ies fleurs (par 300 ou 500), qui étaient échangées à la population, de maison en maison, contre une ou deux pièces de monnaie afin de se constituer une cagnote pour un repas en commun. C'était le bon temps. Le temps du conseil de révision, où les jeunes fêtaient leur futur départ au service militaire, ils avaient 20 ans, puis 18 ans après la guerre.

A visiter sans modération jusqu'au 14 septembre, tous les jours de 14 h 30 à 17 h 30, plus vendredi de 9 h à 12 h. Entrée gratuite. Possibilité de commander une photo à 4 euros.


La Liberté de l'Est, 7 septembre 2008.

© La Costelle. Dernière mise à jour le 12/01/2013 à 09:12 
▲     Retour haut de page     ▲