Les monuments remarqués par « La Costelle »

La maison Ribeaupierre

L'énorme maison Ribeaupierre couverte d'ardoises.Vue du nord-est, peu avant destruction.

Quelle est donc cette énorme construction qui domine tout le centre de Fraize de sa haute toiture d'ardoises ? C'est la maison Ribeaupierre, du nom des seigneurs alsaciens du ban de Fraize, qui furent sans doute à l'origine de sa construction.

Blason des Ribeaupierre,d'argent à trois écussons de gueule
 
Blason des Ribeaupierre,tel qu'on peut le voir au milieu du manteau de la cheminée dans le hall de la mairie.

Où est-elle, on ne la voit plus dans Fraize ? Elle se trouvait pourtant à l'angle des rues de l'Église et Victor Lalevée. Ah ! mes amis, figurez-vous qu'elle a été démolie en 1976, cette antique demeure, plus de trois fois centenaire, et presque unique trace du passé seigneurial de notre ville.

Un brin d'histoire

Ancienne vue depuis la rue du Maréchal de Lattre, de la maison Ribeaupierre et accolé à sa droite, l'ancien Hospice.

Victor Lalevée, dans Histoire de Fraize et de la Haute-Vallée de la Meurthe, page 32, note que :

Aucun millésime. Mais nous pouvons, avec certitude, faire remonter l'œuvre [la maison] à une date antérieure à 1693, époque où la seigneurie cessa d'appartenir aux Ribeaupierre.

Vue du plafond à caissons de la cuisine.
La cheminée de grès rose et la porte restaurées dans le hall de la mairie.
	Notez le blason des Ribeaupierre.

L'antique et monumentale cheminée aux armoiries des Ribeaupierre, trônait dans la cuisine. Elle fut certainement construite en même temps que la maison elle-même, au milieu du XVIIème siècle, juste après la guerre de Trente ans. La maison qui a probablement été remaniée aux XVIIIème et début XXème siècles, était très massive mais pas très haute de plafonds. Toutefois ceux-ci étaient à caissons et les murs était entièrement couverts de lambris qui dissimulaient ici et là des placards. Plafonds et planchers étaient à double épaisseur, séparées par une couche de terre et de chaux, ainsi qu'on put le découvrir lors de la démolition.

La maison Ribeaupierre, devenue La Fromagère

La maison voisine qui la jouxtait à droite (voir la photo ci-dessus) était l'Hospice, fondé par Joseph Deloisy en 1867. Elle fut rasée au début des années 1930.

Vendue à un particulier au moment de la cession de la seigneurie (1693), l'ancienne maison des Ribeaupierre appartenait en 1791 à Dominique Deloisy. Restée durant plus d'un siècle propriété de sa famille, elle appartenait, vers 1900, à Mlle Denise Deloisy, riche héritière et bienfaitrice de Fraize qui y résidait. Décédée en 1924, elle légua la maison à la Commune, qui la revendit, en 1932, pour la somme de 60.000 francs, au syndicat d'agriculteurs du canton qui y installa une Coopérative Fromagère.

Pendant près de vingt ans, on y affina des fromages Munster qu'on allait chercher, frais, dans les fermes avoisinantes, et qu'on revendait et expédiait ensuite dans toute la France. C'est monsieur Pfeiffer qui assurait le ramassage. Maria, qu'il devait plus tard épouser, y faisait secrétariat et comptabilité. On y vendait aussi des produits agricoles : grains et semences, engrais, pommes de terre...

La maison Ribeaupierre,devenue annexe de la Coopérative Agricole de Saint-Dié, (1960).
Le blason des Ribeaupierre surveillant les stocks de la Coopérative Agricole...

Suite à des difficultés financières, en 1951, malgré le souhait clairement exprimé par la municipalité de l'époque de racheter le bâtiment, les actionnaires à 54 voix contre 3, ont décidé de céder tous leurs actifs à la Coopérative Agricole de Saint-Dié, y compris la maison qui avait eu, en vingt ans, le temps de prendre le nom qui lui resta de Fromagère. On cessa l'activité fromagère, mais y installa une annexe de la Coopérative Agricole, avec épicerie et quincaillerie agricole.

À cette occasion, une boutique avec vitrines dans l'angle fut créée, la façade Est recrépie, comme le montre la photo ci-contre. La gérante était Mme Maria Pfeiffer, appelée par beaucoup "Maria de la Fromagère".

En 1974, la Coopérative Agricole de Saint-Dié a mis en vente l'ancienne maison Deloisy. Le Conseil Municipal proposa de la racheter pour 50.000 francs, mais l'accord ne se fit pas.

Malgré les protestations de nombreux habitants, les nouveaux acquéreurs la firent aussitôt démolir fin 1976, dans le but de construire en lieu et place une supérette et son parking !

Roger Perrin, à l'époque finissant son mandat de maire, n'a pu que négocier, en guise de souvenir, la récupération de quelques dalles et poutres, de l'antique cheminée et d'une porte ouvragée. Celles-ci ont été par la suite installées dans le hall de l'hôtel de ville où on peut les admirer. La plaque (ou taque) de fonte qui protégeait autrefois le mur du fond de la cheminée avait disparu pendant la dernière guerre ? Où est-elle ? On l'a remplacée à la mairie, « O tempora, o mores », par la liste des Maire de la ville !

Ce que disait de cette maison Georges Flayeux en 1901

Dans "Étude historique sur l'ancien ban de Fraize", page 35, il note que 

la maison [...] fut assurément une sorte de manoir féodal. Certaines pièces de ce logis rappellent les grandes salles des antiques châteaux ; la toiture haute et élancée a la forme féodale ; et la cheminée de la cuisine est bien la large et grande cheminée du vieux castel. Elle est du plus pur style gothique ; deux niches ogivales forment les deux montants et on peut admirer sur le manteau, parfaitement sculptées et conservées, les armoiries des Ribeaupierre.

Et il ajoute :

Sans doute a-t-elle reçu plus d'une fois leur visite. Peut-être y ont-ils séjourné au moment des chasses qui les ramenaient chaque année de notre côté des Vosges, mais ce sont les officiers seigneuriaux qui y résidaient habituellement. Les archives d’Épinal ont conservé les noms de quelques-uns de ces officiers-receveurs, avec leurs comptes (en allemand). Ainsi au XVIIèmesiècle Nicolas Villemin, Grégorius Thiéry, Jean Fattet...

Point de vue d'un fraxinien à propos de la cheminée

Plusieurs personnes, probablement au courant de la tentative que j’ai menée en 1951, en accord avec M. Gerll, le maire de l’époque, pour essayer de récupérer la maison Deloisy, au profit de la Commune de Fraize, m’ont demandé mon point de vue concernant, non plus la maison elle-même, mais le problème de la cheminée, cheminée qui présente un intérêt historique certain. Je leur ai donné volontiers cet avis quelles sollicitaient : mais comme je sais d’une part que ces idées ont été déformées et que d’autre part, cette question de la cheminée semble actuellement évoluer d’une façon inattendue, je romps momentanément le silence de ma retraite et mets par écrit mon opinion, d’une façon aussi claire et aussi nette que possible.

  1. Je pense tout d’abord qu’il ne faut pas s’exalter outre-mesure lorsqu’on parle de l’ancienne maison Denise Deloisy. Cette vieille demeure n’est pas un "monument historique". Seuls quelques éléments, dont la cheminée, présentent un intérêt historique reconnu formellement par les spécialistes. L’état dans lequel se trouve actuellement cette maison, ses dimensions énormes, le peu de terrain qui reste derrière la propriété font qu’une nouvelle acquisition de ce domaine par la Commune, à un prix relativement élevé, n’aurait pas été une affaire raisonnable pour Fraize et je comprends fort bien la position de la municipalité qui n’a pas dans ces conditions, racheté cette propriété. Il existe, du reste, à Fraize, au moins une autre propriété plus intéressante que la maison Deloisy pour y créer, par exemple, un jour, une maison de retraite pour personnes âgées, mais ceci est un autre problème d’avenir.
  2. A mon avis, une première et grave erreur a été commise lorsque la Commune de Fraize s’est dessaisie de cette maison pour la vendre au profit d’une certaine catégorie de sa population, aussi digne d’intérêt soit-elle. Je suis convaincu qu’on pouvait créer à Fraize une coopérative fromagère absolument valable sans la loger dans cet énorme bâtiment, en plein cœur de la cité, bâtiment donné par Mlle Deloisy à toute une commune, bâtiment difficile à entretenir, dont certains éléments étaient à retenir pour leur intérêt historique alors qu’ils n’étaient d’aucune utilité pour le genre de commerce qu’on se proposait d’y installer. Par contre, ce bâtiment pouvait être précieux pour la ville, à une certaine époque. Je n’allonqerai pas inutilement cet article de presse en vous disant ce qui avait été envisagé en 1951 si, à l’époque, la Commune avait pu récupérer cette propriété. Illusion perdue !
  3. Une deuxième erreur a été commise, en effet, en 1951. Le 19 mai 1951 a eu lieu une assemblée générale extraordinaire de la Coopérative Fromagère de la Haute-Meurthe. A l'ordre du jour de cette assemblée, figurait la dissolution de la Coopérative et, par conséquent, la question suivante : à qui allaient revenir cette demeure et les biens de la Coopérative en liquidation ?
    Le maire de l’époque adressa alors aux responsables de la Coopérative une lettre datée du 17 mai 1951, lettre dont voici le texte, dont je puis vous garantir l’authenticité... puisque c’est moi-même, premier adjoint au maire à l'époque, qui l'ai rédigé :
    Mairie de Fraize, le 17-5-1951,
    M. le Président, M.M. les membres de la Société,
    Apprenant que la dissolution de votre Coopérative Fromagère est envisagée, j'ai l'honneur de vous informer qu'en cas de liquidation, la Commune de Fraize serait amateur de l'immeuble que la Société occupe rue de l’Eglise. Je vous rappelle que cet immeuble a été cédé par la ville pour la somme de 60.000 F seulement (anciens francs) ; que cette vente n'a pas eu lieu dans le but de faire une bonne opération, mais uniquement dans celui de rendre service aux cultivateurs, la Municipalité de l'époque ayant d’ailleurs été très critiquée à cette occasion.
    D'autre part, les anciens sociétaires doivent se le rappeler, il avait été convenu que cette maison devait revenir à la Ville au cas où la société ne pourrait fonctionner et ce n’est qu’après discussion et pour faciliter l'action de la société que cette réserve n’a pas figuré dans l’acte de vente.
    J’ose donc espérer, aujourd'hui que la Municipalité en a un besoin urgent, que tous les sociétaires feront leur possible pour tenir cet engagement tacite et permettre à la Ville de rentrer en possession de cet immeuble.
    Dans l’attente de votre décision favorable, je vous prie d’agréer, M. l’expression de mes meilleurs sentiments.
    Le Maire : D. Gerl.
    L’étude des archives de la Coopérative Fromagère me prouve qu’une longue discussion a eu lieu à ce sujet, mais, hélas ! les résultats du vote n’ont pas été en faveur de la Commune : nombre de votants 58, bulletin blanc 1, suffrages exprimés 57.
    Ont voté pour la dissolution de la Coopérative et la cession de tout son actif à la Coopérative Agricole de St-Dié. Pour la cession 54, contre 3.
    Le compte rendu de cette assemblée dit que M. HESTIN, directeur de la Coopérative Agricole de St-Dié, remercie les sociétaires de la Coopérative Fromagère (En effet, il pouvait les remercier !) et qu’il accepte la cession de ses biens (pourquoi pas ?).
    En passant, merci à ces trois inconnus qui se sont souvenus de l’engagement tacite qui avait été pris lors de la vente de l’immeuble Deloisy à un groupe de cultivateurs, engagement de restituer cet immeuble à la Commune de Fraize si la Coopérative Fromagère venait à disparaître. Ces trois inconnus ont défendu la Ville de Fraize. Cette chance que Fraize a eue, il y a 25 ans, de récupérer la propriété Deloisy a donc, hélas ! tourné court. Nous arrivons, maintenant, à la situation présente.
  4. La maison Deloisy étant vendue, pour être totalement détruite ou presque, une question se pose : que va devenir la cheminée, le principal élément présentant un intérêt historique ? Il y a quelques mois, M. Jean BONAFOS, un des administrateurs de la Coopérative d'approvisionnement de St-Dié, qui gère, en particulier, le dépôt actuel de l’immeuble Deloisy, m'a demandé d’être un intermédiaire entre les cultivateurs, particulièrement les anciens membres de la Coopérative Fromagère représentée par M. J. Bonafos et la Municipalité. But de cette démarche, envisagée par M. Bonafos ? Voir les possibilités d’une cession de la cheminée à la Commune de Fraize. J’ai accepté et obtenu de M. PERRIN, maire, une entrevue, en présence de M. DELON, actuel adjoint, intéressé, lui aussi, par cette question. Résultat de cette entrevue : à peine commencée, ma mission était pratiquement inutile puisque M. PERRIN m'a affirmé que l’affaire de la cheminée était réglée : le maire a en mains l'avis écrit des acquéreurs du bâtiment que la Commune de Fraize peut récupérer la cheminée. Cet engagement écrit a été confirmé oralement par deux communications téléphoniques, faites en ma présence à deux responsables : d’une part les acquéreurs de la propriété Deloisy, d’autre part un responsable des vendeurs, Coopérative Agricole de St-Dié. J'ai rendu compte à M. BONAFOS des résultats de cette entrevue. En conclusion : on peut donc se demander si la cession de la cheminée de l'immeuble Deloisy en faveur de la Commune de Fraize aura effectivement lieu. Je n’ai aucune qualité de technicien, mais si l’on me démontre que :
    1. la cheminée est pratiquement et techniquement irrécupérable,
    2. sa récupération risque d'être dangereuse ou trop coûteuse,
    3. son intérêt décoratif n'est pas sûr, si elle est replacée ailleurs, dans le vestibule de la mairie, par exemple,
    alors je m’incline. Par contre, bien que non technicien, je suis convaincu de la beauté de cette cheminée et je pense que ce serait la troisième et dernière erreur à commettre ou a laisser commettre que de l’anéantir ou de l'abandonner à un particulier, aussi sympathique soit-il.
  5. C'est pourquoi, en conclusion, je demande cordialement :
    • À la Municipalité présente de ne pas se "laver les mains" de cette affaire et de ne pas terminer son mandat sans faire, et rapidement, tout ce qu’elle peut pour réaliser la récupération de cette cheminée, si elle est possible.
    • Aux cultivateurs de ce pays, anciens membres de la Coopérative Fromagère en particulier, de faire preuve de bon sens et de cœur, qualités dont ils font preuve si souvent, et, pour certains, de ne pas céder à un quelconque esprit de revanche. La vieille et belle cheminée de la maison Deloisy doit rester, à mon avis, au cœur de la cité, au profit de tous, et, en aucun cas, elle ne doit être l’enjeu de certains désaccords. Lourde serait la responsabilité morale de ceux qui ne voudraient pas, dans cette affaire, surmonter leur rancœur.
    • Enfin, je me permets de de­mander aux personnes qui pourraient me documenter au sujet de la taque, aujourd'hui disparue, de la cheminée en question, taque que je recherche, de bien vouloir le faire dans les meilleurs délais. D’avance, je les remercie pour leur collaboration.

Ayant ainsi, je pense, précisé ma pensée et ma position au sujet de la propriété D. Deloisy - Coopérative Fromagère, je tiens à faire savoir que je n’engagerai pas une longue polémique à ce sujet. Je pense que, de nos jours, des questions plus importantes se posent et se poseront : la vieille demeure en question disparaîtra, mais la vie et ses nombreux problèmes quotidiens continuent : de quoi nous occuper tous sans nous heurter inutilement sur des problèmes, en définitive secondaires.

WEBER Jean. Ancien Directeur du C. E. G., futur maire de Fraize de mars 1977 à mars 1983. Les Annonces des Hautes-Vosges n°767 du 19 septembre 1976.

L'Est Républicain parle de la démolition
L'antique demeuredont la démolition est très suivie.

Saint-Dié. — Actuellement et depuis quelques jours, d’importants travaux de démolition sont en cours pour faire disparaître l’ancien immeuble Deloisy, qui abritait « La Coopérative Fromagère », devenue « La Coopérative Agricole », qui se trouve à l’angle de la rue de l’Eglise et de la rue Victor Lalevée.

C’est l’entreprise Delot, d’Anould qui s’est adjugée les travaux de démolition de cet imposant immeuble et ceux de la construction dans les mois à venir d’un magasin d’alimentation de la Chaîne Timÿ.

Chaque jour, pour les Fraxiniens, c’est un peu du passé qui est rayé du paysage. Cette construction séculaire était en fait encore bien solide. Cependant, toutes les mesures de sécurité ont été prises par l'entrepreneur pour mener à bien cette tâche.

Les érudits locaux qui se sont penchés sur l’histoire de notre petite patrie et notamment le regretté écrivain et historiographe Victor Lalevèe, faisaient remonter la construction de cette vieille bâtisse à une date antérieure à 1693, donc au XVIIe siècle. Selon la façon dont celle-ci fut réalisée, les démolisseurs confirment bien l’ancienneté de cette demeure historique, qui pourrait même remonter à la fin du XVe - début du XVIe siècle.

Jusqu’ici, cette vieille bâtisse qui aurait pu servir de cadre à un musée historique local, avait fait parler d’elle parce qu’elle abritait l’antique cheminée des Seigneurs de Ribeaupierre, une cheminée monumentale, de style gothique, dont on admire le blason s’ornant de trois petits écus.

On a découvert ces jours-ci, en même temps que les démolisseurs, que cette cheminée faisait partie intégrante de cette construction, et qu’en aucun cas, elle n’a pu être rapportée pat la suite dans cet immeuble.

Il va sans dire que la démolition de cette pièce historique va demander beaucoup de patience à l’entreprise Delot, qui va devoir ensuite la reconstituer comme un puzzle à l’hôtel de ville de Fraize (sans doute au rez-de-chaussée où les visiteurs de passage pourront l’admirer à souhait).

La cheminée en question faisant partie intégrante de cette demeure, prouve bien que la bâtisse fut un ancien manoir des Seigneurs de Ribeaupierre qui aimaient venir chasser dans nos forêts giboyeuses.

Au cours de cette démolition, deux autres petites cheminées du même style ont été découvertes et récupérées, ainsi que des ferrures anciennes. Il va sans dire que ces travaux sont très suivis chaque jour, aussi bien par les badauds, que par les érudits locaux et membres de la municipalité.

A noter que la charpente de ce manoir avait été taillée à la hache dans du bois de sapin et que les chevilles étaient en bois de chêne. Sa haute toiture d’ardoises qui rappelait les manoirs féodaux était en essis de bardeaux.

A l’époque de cette construction, le bois n’avait pas la valeur actuelle, c’est ce qui explique les doubles plafonds, les doubles planchers. Entre chacun d’eux, existait une couche de terre et de chaux, qui devait jouer un rôle de pare-feu, en cas d’incendie.

Ajoutons que l’une des petites cheminées retrouvées par les démolisseurs risque d’aller garnir le salon de l’hôtel de ville, ceci pour le plus grand plaisir des amoureux d’histoire locale.

Quand sera tombée la dernière pierre de cette antique demeure, Fraize aura tourné une nouvelle page de son histoire.

Est Républicain, 27 novembre 1976.

Circulez, il n'y a plus rien à voir

CIRCULEZ ! IL N’Y A PLUS RIEN A VOIR !

Paris, le 5 novembre 1982.

Était-elle si lépreuse, cette ancienne école *, l’avait-on laissée suffisamment se dégrader, fallait-il qu’elle ne compte pas et qu'on en soit honteux pour la faire disparaître ainsi !

À Fraize, il y avait donc cette vieille école, il y avait aussi cette grande et belle maison qu’on appelait « La Fromagère », il reste encore quelques belles demeures, dans la rue de l’Église, dans la rue de la Costelle. Des bâtisses simples et humbles, lourdes et solides, faites pour durer des siècles encore, pourvu qu’on les aime.

Mais il en est des municipalités comme des individus. Ici l’on entretient son environnement et respecte les traces du passé, on s'en juge responsable, afin de les transmettre. Là, on détruit et dilapide, on se moque... On tolère des pseudo architectures de super-marchés qui auraient pu s’installer dix mètres plus loin.

Deux belles maisons ont été sacrifiées par des Maires, anciens enseignants, ceux-là mêmes qui nous parlaient de culture, de patrimoine et de respect **.

La question qui se pose est de savoir combien de Conseils municipaux devront se succéder pour venir à bout des quelques intéressants témoignages que compte encore notre ville. Quelle sera la prochaine victime ? Doit-on faire classer et protéger certaines de ces maisons pour être certain de les conserver ? ou alors doit-on dès maintenant chercher dans les villes et les villages des alentours les traces de notre passé, puisque, chez nous, il n’y aura plus rien à voir ?

Jacky COLIN, architecte d’intérieur DPE, professeur à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Les Annonces des Hautes-Vosges n° de novembre 1982.

* Note de La Costelle : Jacky COLIN fait référence au bâtiment d'école Primaire et Primaire Supérieurs de la rue des Aulnes rasé en 1982.

** Pour ce qui concerne ces deux démolitions, il ne faudrait pas prétexter du coût excessif des travaux de restauration, ce qui reviendrait à dire que tous les propriétaires de vieilles maisons sont très riches.

Et les destructions continuent !

Quelques années plus tard (en 1984, Jean VINCENT maire), toujours faute de perspective patrimoniale, le Grand Hôtel de la rue de la Gare (rue du Général Ingold) fut démoli et remplacé encore une fois par une supérette et son parking !

À noter toutefois que la maison Masson-Wald de la rue de l'Église, léguée à la municipalité en 1990, a pu être sauvée des démolisseurs. Elle accueille actuellement la Halte Garderie et la Bibliothèque de la ville. Ses caves voûtées ont été aménagées en local d'exposition. Quand à son parc d'un demi hectare, il est maintenant occupé par le Verger Patrimonial géré par l'association La Costelle.

Compléments historiques...

Statue d'un sire de Ribeaupierre,imaginée et sculptée à Fraize en 2015 par Pierre Bonafos.

La famille de Ribeaupierre, Rappolstein en alsacien, a vécu en Alsace à Ribeauvillé, où ils posssédaient les trois châteaux dont les ruines sont encore visitables (belle ballade à pieds), jusqu'à la disparition du comte Jean-Jacques de Ribeaupierre mort sans postérité masculine en 1673.

Le ban de Fraize possédait dans le passé d'autres maisons seigneuriales dont celle qui était et est encore appelée "La Cour", située à Clairegoutte, au carrefour de la rue Eugène Mathis et du chemin de Ribeaupierre (sic). Elle hébergeait plus ou moins les mêmes activités que la maison Ribeaupierre, mais en référence à l'autre lignée de seigneurs lorrains centrés sur Taintrux : les de Parroye, Bayer de Boppart, Créhange, Cogney, Régnier, Clinchamp. Les Bazelaire de Lesseux sont aujourd'hui les héritiers de cette lignée. Nos historiens parlent aussi du château de Piérosel (à l'emplacement de la maison actuelle appelée Château Sauvage), et encore d'un autre au débouché du Chemin des Dames sur la route de Saint-Dié à Colmar. Chemin des Dames ? Des Dames du Château ? qui nous le dira ? Mais ils ne sont pas très diserts à propos de cette maison "La Cour" portant, au-dessus de la porte d'entrée du pignon est, le millésime de 1576, le plus ancien qu'on trouve à Fraize (Victor Lalevée, op. cit.).

Rappelons que le ban de Fraize, avait été partagé au XIème entre les ducs de Lorraine et le Chapitre de Saint-Dié. En 1221, le duc de Lorraine Mathieu II, fit don de sa part à Anselme de Ribeaupierre et Simon de Parroye ; ses successeurs rachetèrent les parts des Ribeaupierre à la disparition du dernier de ceux-ci 1693, comme on a vu plus haut. Et les gens de Fraize, qu'avaient-ils me demanderez-vous ? Et bien rien, ou presque rien, en tout cas certainement pas les bonnes terres ni les bons finages. Ils devaient donc payer des loyers aux propriétaires (via les officiers seigneuriaux), les dîmes aux Chanoines et au curé du village, et les tailles au duc de Lorraine, sans parler des corvées, décidées par les uns ou les autres de ces propriétaire (charroi de pierres, construction ou réfections de ponts et chaussées...).

Pour plus de détails, consultez notre page consacrée aux Seigneurs du ban de Fraize.


Sur cet extrait du plan cadastral de 1812, la maison Ribeaupierre occupe l'emplacement 516.Le
bâtiment bleu en angle est l'ancienne Halle, maintenant boulangerie/pâtisserieet
les rues sont celles de l'église à gauche, de la Costelle à droite et du maréchal de Lattre (ou de l'Hôtel de Ville) verticalement..

Yves Bruant, 2019, pour le site de La Costelle.


Je veux compléter / corriger cette page par courriel
© La Costelle. Dernière mise à jour le 09/04/2019 à 14:29 
Logo de la Société Philomatique des Vosges Logo de la Fédération des Sociétés Savantes des Vosges
▲     Retour haut de page     ▲